Prévenir et manager le risque alcool

Accueil > Organiser la prévention> La population active concernée par la consommation d’alcool

La population active concernée par la consommation d’alcool

Le pourcentage des consommateurs d’alcool dans le monde du travail est sensiblement le même que dans le reste de la société française, soit environ 95 % des personnes.

La consommation d’alcool

La consommation d’alcool concerne toutes les personnes et tous les niveaux de consommation ; les conséquences diffèrent en fonction, notamment, des quantités ingérées.

illustration de capacité de verres

La répartition des consommateurs en France

  • 5 % d’abstinents : aucune consommation d’alcool, que ce soit par goût, par réaction à un entourage qui boit, pour raison religieuse ou pour raison médicale (anciens buveurs par exemple).
  • 40 % de consommateurs occasionnels : consommation très irrégulière d’alcool (un apéritif de temps en temps, du vin à table de temps en temps, etc.). Les risques encourus résident exclusivement dans les accidents, et notamment lorsque cette consommation dépasse 0.5g/l d’alcool dans le sang.
  • 30 % de consommateurs réguliers : consommation régulière d’alcool (du vin à table le midi, apéritifs tous les week-ends, etc.). Cette consommation n’entraîne pas de risque important pour la santé hormis celui de l’accident. Le principal risque est que cette consommation régulière se transforme en consommation excessive.
  • 20 % de consommateurs excessifs : selon l’OMS, consommation de plus de 3 verres par jour (pour les hommes) et de plus de 2 verres par jour (pour les femmes). A long terme, cette consommation excessive entraîne des maladies et induit bien sûr, le risque de devenir alcoolo-dépendant.
  • 5 % de consommateurs dépendants : consommateurs qui ont développé une dépendance psychologique et/ou physique à l’alcool.

Les normes

L’OMS indique la norme de 3 verres par jour pour un homme et 2 verres par jour pour une femme, consommation au-delà de laquelle le risque de pathologie augmente. Il convient néanmoins de considérer ces chiffres avec prudence car ils ne sont justes qu’à l’échelle de l’ensemble d’une population. Ces chiffres ne prennent pas en compte les sensibilités propres à chacun.

Il faut également préciser qu’on parle indifféremment de verre d’alcool ou d’unité d’alcool : pris dans un bar, un verre de bière (25 cl à 5°) est équivalent à un verre de vin (10 cl à 12°), lui-même équivalent à un verre de whisky (2,5 cl à 40°), etc. Chacun de ces verres « normalisés » contient la même quantité d’alcool pur, soit environ 10 g.

La consommation d’alcool dans la société, et par extension dans le monde du travail, peut se résumer dans le schéma ci-dessous :

Proportion de onsommation

Références

Gérer le risque alcool au travail

Jean Paul JEANNIN.

Editions Chronique Sociale, 2003

La Synthèse statistique

ANPAA, 2001
Hotline prévention

Par e-mail

02 48 48 11 63